Le Tsunami Grec


Le 10 février passé, l’article de Niall Ferguson, célèbre historien de Harvard et auteur du livre intitulé « The Ascent of Money » a lancé une sorte d’analyse-prédiction qui malheureusement est passée presque inaperçue par la plupart des gens. Plus que trois mois plus tard, les marchés financiers lui donnent raison et l’effet de contagion dont Mr. Ferguson en prédisait la venue commence à se manifester en Europe en touchant le Portugal, en semant la confusion dans la plupart des marchés financiers dans le monde et en  affectant même le Canada avec la baisse de la valeur de notre dollar qui depuis un certain temps se tenait avec vigueur en parité avec le dollar américain.

Mais pourquoi sommes-nous affectés par les tribulations de la Grèce et que pouvons-nous faire pour arrêter ce tsunami?

Tout à d’abord, il ne faut pas oublier que depuis l’avènement de la mondialisation, tous les marchés du monde sont intereliés par les transactions financières et ce qui se passe dans un coin du monde par exemple peut avoir des répercussions dans une autre partie du globe. Ensuite, la Grèce fait partie de la zone Euro et donc il est tout à fait attendu que son économie soit intimement reliée à celle de toute l’Europe. Cependant,  il n’existe pour le moment aucun mécanisme officiel pour lui venir en aide ni d’ailleurs de possibilité de faire marche arrière et rejeter l’euro comme sa devise nationale. L’étau de la dette se renferme un peu plus chaque jour sur la Grèce et ses politiciens, la population grogne et s’impatiente.  D’autre part, les spéculateurs sur les marchés des produits dérivés inventent chaque jour de nouveaux produits aux noms encore plus exotiques et plus barbares pour  exploiter l’absence d’un cadre réglementaire, diminuer leur risque et maximiser leur profit. Le passage de Goldman Sachs devant un comité sénatorial américain n’est pas une question qui touche seulement la politique américaine mais aussi un signe que cette entreprise qui représentait autrefois le summum de la haute finance et le symbole de réussite est devenue un instrument sophistiqué  qui a institutionnalisé l’arnaque et le gain douteux. D’ailleurs il ya une enquête en cours sur les agissements louches de Goldman Sachs en Grèce et son rôle dans la chute des marchés là-bas.  Ce n’est pas pour rien que Warren Buffet, l’un des investisseurs les plus connus a récemment déclaré que les produits dérivés, qui peuvent être achetés et vendus sans presque aucun contrôle ni imputabilité, sont « des armes de destruction massives ». J’oserai dire que la Grèce en fut l’une des premières victimes.

Face à cette situation, est-ce que le président Obama est préparé pour arrêter ce tsunami en commençant pas mettre de l’ordre dans les finances publiques américaines et remettre Wall Street à sa place?

En réalité, oui! Le président américain dans son discours du 22 avril dernier, a expliqué son plan de reforme de la finance en quatre points primordiaux: comment éviter de refiler les prochaines factures des faillites des banques au consommateur américain, comment rendre les marchés financiers plus transparents en empêchant qu’ils ne deviennent comme c’est le cas, des sortes de casinos géants où le gain faramineux des uns n’est que la perte catastrophique des autres, comment éduquer les consommateurs pour qu’ils ne soient plus dupés par des intermédiaires qui leur vendent des hypothèques au dessus de leur moyens et finalement comment faire pour que tous les actionnaires dans une entreprise aient leur mot à dire dans les prises de décision telle que les rémunérations et l’attribution de boni. Malheureusement malgré ce début prometteur et cette initiative courageuse du président, la majorité des élus américains n’ont pas été d’accord et le projet de loi conséquent a été rejeté.  Faudrait-il  que le tsunami grec arrive aux portes des États-Unis pour que ces politiciens réalisent la gravité des choses? Pourquoi s’entêtent-ils à croire que la main invisible du marché viendrait rééquilibrer les choses sans aucune intervention gouvernementale? Pour le moment tout indique que le danger nous guette et prêt à attaquer.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s