Au revoir Pauline: Goodbye to Quebec’s time of division

As a francophone, a North African and a veil-wearing Muslim woman, I felt deeply concerned by the debate around the Charter of Values that created turmoil in la belle province since last fall. This debate suddenly died after the crushing defeat of Pauline Marois and the Parti Québécois.
Moreover, as someone who first migrated to, then lived and studied in Quebec, I always had a special place in my heart for Montreal. I have emotional memories there. Somehow I left my heart there in one of its streets.
Last fall, I even started writing a regular column in French for the Huffington Post Quebec where I shared with readers my worries, my opinions, and even good advice that Pauline Marois chose to ignore…
The Charter of Values, or de la laïcité, was portrayed by Pauline Marois and her accomplices as a charter to fight women’s oppression and promote values of gender equality. Noble principles, indeed! The Charter was supposedly targeting the main religious symbols kirpan, yarmulke, the cross (depending on its size and place) and of course, the famous veil.
It wasn’t a very well-kept secret that the Charter was mainly targeting Muslim women who chose to wear the headscarf. Their increasing number in daycares, as educators, and in the public space in general, was apparently creating a malaise according to Bernard Drainville, the minister who initiated this charter.
So, in the name of gender equality, women wearing the veil were going to be fired from their jobs to preserve the secularism of society. What an irony!
Moreover, what Drainville kept as secret are the hundred of thousands of comments from individuals and organizations opposing the Charter as well as the legal advice he received about the Charter’s constitutionality. Maybe transparency and accountability weren’t as important for him as gender equality…

But beyond all the heated debates, and the false arguments used by Pauline Marois and her friends, two concerning phenomena became apparent:
– a social rift between mainstream society and ethnic groups.
– normalization of hateful comments directed towards Muslim women and Islam, not only on the Internet by also by some media commentators and, of course, by Janette Bertrand, the self-proclaimed head of the pro-Charter camp.
In the 2007 Quebec election, the Action Démocratique du Québec (ADQ), headed by Mario Dumont, a small political party at the time, won 41 seats in the National Assembly and against all odds became the official opposition, sending the Parti Québécois into third position.
The secret of that sudden victory? The ADQ played the political wedge card of identity. Not the veil as much as the sugar bush serving a halal menu or orthodox Jews asking that YMCA glass be covered as the poor men can’t support the view of almost naked women jogging on treadmills.
The ADQ didn’t go as far as bringing in a charter of values; they were testing the waters and it worked wonderfully. But only temporarily — and in the next election, the party was almost decimated.
After “printemps érable” and the student revolution against the Liberals and their tuition fee increase, Pauline Marois came in as the saviour of the Parti Québécois. Her strategists thought they could be smarter than the ADQ’s. They saw how lucrative the identity issue can be in terms of voting and they wanted to replicate it in order to make gains in the election. They didn’t take into consideration that the ADQ bitterly lost in their next election; they didn’t think that playing with fire can be a lot of fun until the fire catches their hands and clothes.
When I was a little girl, one of Lafontaine’s fables that impressed me was the one about the frog and the ox. The frog once saw the ox near a pond and wanted badly to become as big and as beautiful as him. So she started drinking the water until she exploded. This old French fable is taught to children and I am not sure if Pauline Marois — who claims to be a defender of French language and culture — read it.
Marois’s strategists thought that by raising the spectre of the “Muslim invasion” they would succeed as the Front National in France did. But Quebec isn’t France and North America isn’t Europe, a fact they seem to have forgotten.
Ayaan Hirsi Ali, a Somali refugee, turned into an acclaimed politician in the Netherlands espousing the cause of the extremist right-wing. It worked so well for her. Old conservatives loved her, people who didn’t want the Muslim neighbourhood to grow in their backyards quietly approved her comments, and then one day her dangerous game exploded in her face as it was discovered that she lied with respect to her refugee claim. The same people who once were her friends end up stripping her of Dutch citizenship.
She didn’t learn her lesson though. She went to the United States and started touring the American universities, repeating her same hateful speeches. Some people listened to her but many ignored her. She even scornfully admitted in one of her books that North American society was not as receptive to her message as the Europeans were.
Did Pauline Marois and her candidates hear about Ayaan Hirsi Ali? Or was she only looking at her navel, to use a French expression?
One thing is sure: Quebecers punished Marois badly for being so arrogant. Today, the challenges for all Quebecers are tremendous: economic, social and cultural. Let’s hope that the time of division is behind us. I can only hope that Pauline Marois and her clique are just a bad dream. Au revoir, Pauline!

Advertisements

Y-a-t-il vraiment une menace intégriste musulmane au Québec?

Oui, selon les francophones vivant en dehors de Montréal mais pas vraiment pour les anglophones ou francophones vivant dans la région de Montréal.  Oui, selon Pauline Marois. Pas vraiment selon Philipe Couillard?Qui a raison et qui a tort? Qui sont les naïfs et qui sont les lucides? Ville contre campagne? Anglophones contre francophones? Péquistes contre libéraux? Souverainistes contre fédéralistes? Une chose est claire: il n’existe pas une seule solitude au Québec mais plusieurs espaces solitaires.

Après des mois de débats houleux, de manifestations, des chemises déchirées sur la place publique, d’insultes échangées et des milliers de pages Facebook partagées , la charte des valeurs québequoises, par laquelle toute la question de l’identité a fait son apparition s’est en quelque sorte timidement esquivée de la campagne électorale. Ce n’est plus le voile ou la kippa qui fait peur mais plutôt c’est le musulman intégriste. Un point c’est tout. Apparemment, ce musulman intégriste, probablement caché dans sa mosquée, représente une menace. Laquelle? Je ne sais pas. Du moins on ne nous le dit pas. Néanmoins, presque 60% des québécois pensent qu’il menace le Québec.

C’est drôle comment les péquistes de Pauline Marois se sont appropriés les idées de la fédéraliste Fatima Houda-Pépin sans que celle-ci s’en offusque ou se rebiffe. Au contraire, elle sourit toujours. A chaque fois que je la vois à la télé, elle sourit, certainement ce n’est pas une musulmane intégriste. Les photos de femmes musulmanes semblent toujours en colère, fâchées, tristes.  Celles-ci, elles doivent être des musulmanes intégristes. Elles menacent la société de quoi? De leur colère?  De leur soumission? Je ne sais pas encore. Personne n’a voulu me dire. Mais tout le monde semble avoir peur.

Pauline Marois se dit convaincue que les musulmans ont infiltré la société québécoise. Sur quoi se base-t-elle? Je ne sais pas. Dans quelle étude est-elle allée piger ses idées? Des arrestations à tous les jours de complots musulmans? Peut-être a-t-elle confondu la menace musulmane de menace du crime organisé. Ah oui, ça doit être ca! Un lapsus. Un simple lapsus linguae. Elle a confondu la corruption qui s’est infiltrée dans toutes les sphères de l’économie québécoise avec l’islam. Il faut la pardonner Pauline, elle travaille fort ces jours-ci et elle ne connait plus la différence entre intégrisme and gangstérisme.

Pour revenir à Fatima Houda-Pépin, à mon avis, il faudrait qu’elle demande à Pauline Marois des redevances en terme de voix électorales. Voici un stratagème génial que je lui suggère : pour chaque voix gagnée par le PQ dans la circonscription dans laquelle Fatima Houda-Pépin se lance, elle reçoit deux votes pour elle. Deux pour un. Comme ça, Fatima Houda- Pépin pourra battre Dr. Barette et elle pourrait retrouver sa place et sa pension à l’assemblée nationale et rester toujours souriante.

Autre chose. Le Parti Québécois a annoncé qu’un gouvernement péquiste se doterait d’un centre de recherche sur les crimes dits d’honneur et la lutte à l’intégrisme.Car faut-il préciser que ces crimes d’honneur barbares sont strictement associés aux musulmans. Mais qu’en est-il des crimes de passion. Des crimes de jalousie? Ne constituent-ils pas une menace pour les femmes québécoises? Et les drames de Saint-Isodore et de Trois-Rivières? On oublie que ce sont tous des hommes jaloux et violents qui ont tuée leurs proches. Ça ne semble pas préoccuper Pauline Marois outre mesure.  Ce n’est pas importé d’ailleurs, c’est purement québécois! Mais les musulmans, c’est plus facile, on leur tape dessus et surtout il ne faut pas appeler ça de l’islamophobie. Ça s’appelle de la liberté d’expression.

Par contre quand le Magazine MacLeans publie une enquête pour dire que le Québec est la province la plus corrompue du Canada. Là, la mobilisation est générale, on crie  au « Québec bashing » ou disons le en terme plus civilisé à la francophobie.

Je jette l’éponge, je ne comprends plus rien! Quelqu’un pourra-t-il m’éclairer?

 

 

 

 

Ce billet a été publié sur le Huffington Post Québec

Petit lexique des symboles des femmes musulmanes

Ces derniers jours, j’ai l’impression que plus la Charte des valeurs fait les manchettes dans les nouvelles, plus les esprits des gens sont confus et plus leur vocabulaire devient imprécis et bourré d’erreurs. Un grand méli-mélo de termes, exactement comme dans un bazar perse ou un souk arabe. Ce charabia de termes et de mots à connotation barbare rajoute au climat de peur et d’ignorance.
Alors, par pure magnanimité et pour dissiper le brouillard qui s’est emparé des esprits et des dictionnaires, ainsi que pour sauver le Québec de la grande noirceur qui s’abat sur lui, j’ai décidé de faire un cadeau à Madame Marois et aux partisans de la Charte (allez dire que les musulmanes ne sont pas généreuses).

En fait, j’ai décidé d’écrire un guide lexicologique pour les novices qui se lancent dans ce débat pour la première fois. Ce guide peut aussi être consulté sporadiquement par les intermédiaires à chaque fois que les choses se brouillent. Je ne pense pas que les «pro» comme Bernard Drainville et compagnie en ont besoin! Mais à eux de décider…

Le hidjab ou hijab: mot toujours féminin, jamais masculin à cause de l’oppression des femmes musulmanes. Aussi écrit dans les commentaires des partisans de la Charte comme ijab ou idjab ou parfois même la «chose» ou le «torchon sur la tête». Ce mot est d’origine arabe et veut dire dérober au regard ou cacher.

Il peut être attaché de différentes façons. De gauche (pour les plus modernistes) de droite (pour les conservatrices) ou au milieu pour les vieilles mémères comme moi. Mais parait-il, selon les sondages, quelle que soit sa forme, sa couleur, sa marque, il reste très dangereux, d’où sa prochaine interdiction par Pauline Marois.

Le foulard: anciennement utilisée par les grand-mamans et les arrières grand-mamans québécoises pures laines pour aller à l’église le dimanche. Encore utilisé par des grands-mamans d’aujourd’hui qui sortent de chez le coiffeur de peur que leur mise en plis ne se défasse. La Charte des valeurs québécoises est restée muette là-dessus. Toutefois, quand on lui rajoute l’adjectif «islamique», il rejoint le mot hidjab et peut montrer des signes d’agressivité.

Le tchador: prononcé «chat-dort», mais rassurez-vous les souris, les politiciens, sont là pour le surveiller! Mot originaire d’Iran et qui veut dire littéralement «tente». Oui, oui, vous avez bien lu. Tente, comme la tente de camping qu’on prend avec nous l’été, avec la seule différence qu’elle est toujours de couleur noire. Ce symbole fait beaucoup peur, car il rappelle de mauvais souvenirs comme le film américain des années 90 Jamais sans ma filleou Khomeiny avec son regard perçant et ses sourcils froncés. Étrangement, le tchador ne fait pas l’unanimité entre les politiciens. Fatma Houda Pépin en a fait son cheval de bataille, suivi là dedans par Philippe Couillard, en prenant bien soin de la mettre à la porte et de s’approprier l’idée. Mais Bernard Drainville, lui, hésite encore. Car même s’il a pensé que le «chat-dort» sera interdit dans la fonction publique, il sera quand même permis dans les universités. Cherchez la logique!

Le voile: quand il est sage et innocent, c’est un voile qui recouvre la tête sans faire de dommages au cerveau, comme par exemple le voile de la mariée. Toutefois, quand il se marie à l’islam, deux mutations génétiques peuvent se produire. La première: le voile islamique. La femme devient opprimée, contrôlée, sans opinion. Elle montre des signes de détresse qui n’échappe pas aux yeux de Bernard Drainville. Mais heureusement, son visage reste intact. Cependant, avec le voile intégral, c’est la catastrophe. Tout le visage est couvert et on ne laisse qu’une seule petite fente au niveau des yeux et des petits trous au niveau du nez pour respirer. Au cas où le fabricant du niqab (toujours un homme) omet ces trous, c’est la suffocation totale.

Le niqab: mot qui veut dire «masque», mais pas aussi inoffensif que les masques portés à l’Halloween. Apparemment, il peut être porté par les voleurs pour effectuer des hold-upd’où la raison de son interdiction. Selon les rumeurs qui circulent, les femmes qui le portent sont toujours fâchées qu’elles n’osent pas afficher leur visage. Certaines préfèrent se tourner vers le mur pour parler à la classe au lieu de vous regarder en face.

La burqa: selon Nicolas Sarkozy, ex-président français, la burqa est un «signe d’asservissement» de la femme. Malgré tous ses efforts pour obtenir la nationalité française, la «burqa n’est pas la bienvenue sur le territoire de la République française», encore selon les dires de Sarkozy. Pauline Marois a tellement adoré les mots de Sarkozy qu’elle a décidé de lui emboîter le pas. Laura Bush, la femme de Georges W. Bush, ex-président américain, a imploré les Américains d’aller en guerre en Afghanistan pour sauver les Afghanes de la burqa. Michelle Obama n’a encore rien dit surement préoccupée par les frasques supposées de Beyoncé et de Barack.

Voilà, c’est fait! Si vous avez d’autres mots que vous ne comprenez pas, n’hésitez surtout pas à me contacter.

Ce texte a été publié sur le Huffington Post Québec